Lifestyle

Parce que tout le reste est accessoire…

L’inspiration me fuit. Je me rappelle plus la dernière fois que je suis arrivée à écrire plus de deux cents mots sur un sujet qui n’était pas lié au travail ou encore à un de mes cours. Alors jusqu’à aujourd’hui ! C’est un peu comme si mes mains me démangeaient. C’est que je passe un week-end pas comme les autres et j’ai cette furieuse envie d’en parler.  Un week-end pas comme les autres… J’ai dû employer cette expression des dizaines de fois. Mais croyez-moi, si je le pouvais je les bifferais toutes. Car la vraie expérience hors du commun, je l’ai vécue ce week-end.

IMG_0274

 

Je suis enfant unique. Enfin, pas tout à fait… J’ai des demi-frères et une demi-sœur que j’ai rencontrés récemment et les relations semblent bien amorcées. Mais ça, c’est une autre histoire. Je voulais donc vous dire que je suis l’unique enfant de ma mère, une femme très réservée. Mon premier réflexe a donc été de rechercher très tôt de la compagnie ailleurs. Au cours de mon enfance, et même pendant une grande partie de mon adolescence, j’ai été littéralement accro à ma cousine, qui, pour sa défense me le rendait bien. Puis à mes premières amies Sabrina et Joséphine. Quand je suis entrée à l’école secondaire, Fabiola a pris le relai et depuis, je ne l’ai plus jamais laissée repartir. Car il me fallait être constamment entourée. C’était un peu comme une partie de moi. Résultat : des années plus tard, je suis toujours partante pour retrouver des amis pour prendre un verre. Ou juste parler. Tout ce qui me tiendra éloignée de ma chambre vide.

Mais, ce week-end, sous une impulsion, j’ai décidé de passer du temps seule. Après des heures à essayer de dissimuler la tristesse qui m’envahissait à mes proches à la maison, je me suis dit que m’éloigner serait la meilleure option. Passer le week-end seule ? Oui. Mais où ? À faire quoi ? Honnêtement, je n’ai pas eu à me poser la question longtemps. Decameron ! La destination était toute indiquée. La dernière fois que j’avais été aussi « down », soit en 2014, je m’étais réfugiée à Indigo pour une semaine et j’en était revenue toute neuve. On n’allait tout de même pas changer une équipe qui gagne ! Je contacte donc un ami à l’hôtel vite fait. Mais ma démarche tardive laisse présager le pire : il se pourrait qu’il n’y ait plus de place. Je ne suis fixée qu’à la dernière minute, le jour même. Mais j’avais déjà fait tous mes plans. Après le travail ce vendredi, je n’ai plus qu’à passer récupérer mes affaires chez moi. Ensuite, je fais le plein et je mets le cap sur la côte des Arcadins !

Ce n’est pas la première fois que je conduis sur la nationale #1, mais depuis environ 5 ans que je conduis, c’est la deuxième fois que je prends toute seule cette voie où les accidents se multiplient. Je l’avoue, je stresse un peu. Et la pluie qui se pointe tandis que je passe « Trois mains » n’arrange rien. Pendant une fraction de seconde je pense à rebrousser chemin, me disant que je n’ai rien à prouver. Mais en fait, je le sais, j’ai tout à prouver. J’ai tout à me prouver. Un jour d’octobre, il y a de cela même pas un an, j’ai pris sur moi et j’ai laissé un jeune homme que je voyais pour la première fois incruster les mots « I am enough » sur une de mes côtes. Il était temps que je me prouve que cette douleur n’avait pas été vaine. Et c’est ce que j’ai fait.

Je suis restée la femme pragmatique, la conductrice prudente que j’ai toujours été. Je me suis tapée mon heure et demie de route avec une playlist d’enfer et j’ai passé un week-end extraordinaire à la mer. Bien sûr, j’ai dormi et j’ai raté le petit déjeuner les deux jours. Mais les lunchs, les heures passées couchées au bord de la mer avec mon haut-parleur, puis assise au bar seule vont être ajoutées à mon palmarès de single lady sans aucune vergogne. Je me garderai bien entendu de comptabiliser le nombre de verre de vin blanc que j’ai bu au cours de la journée du samedi. Sachez seulement que j’ai pu regagner dignement ma chambre après avoir pris la peine d’apprécier un coucher de soleil pour la première fois de ma vie et que j’ai une quantité de selfies assez gênante sur mon smartphone. Au moins je n’ai rien publié sur les réseaux sociaux….

Alors, un week-end pas comme les autres pourquoi ? Eh bien, parce que j’ai su répondre les « Non monsieur, ça va », « Non, non, m pa p tann pèsonn. Se mwen seul ki la » avec le sourire et le regard déterminé qui s’imposait toutes les fois que cela a été nécessaire. Parce que j’ai pris plaisir à me retrouver seule avec moi-même au milieu des inconnus. Parce que j’ai pu reprendre la route dimanche après-midi comme une grande…  Je me dis d’ailleurs qu’il s’agit vraiment d’une expérience que je devrais faire tous les trois mois, ne serait-ce que pour me ressourcer et toujours me rappeler que je me suffis et que tout le reste est accessoire !

Book Reviews, DaffReads

2019 : entre bilan et perspectives…

On va commencer par dire que pour 2018, j’ai lu bien plus que je n’ai écrit ! Alors quand on ne compte pas ces multiples longs paragraphes que j’ai dû envoyer à certaines personnes et toutes ces notes que j’ai prises pour des textes que je n’ai finalement pas écrits… Une chose est pourtant sûre, ceux qui me suivent ici n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Aussi, je me suis sentie un tantinet coupable en renouvelant mon plan avec WordPress au début du mois de décembre. Je reviens tout de même vers vous avec d’autres plans et promesses.

Crédits : Bernard Delva Location : Bibliothèque Michèle Tardieu

Pour 2018 j’avais fixé la barre plutôt haut. Trop haut en fait. J’espérais lire 60 livres. Mais j’ai dû me rendre à l’évidence bien vite : il n’était pas possible d’être une salariée et une étudiante à plein temps et d’arriver à lire un livre par semaine avec 8 « degi » … En fait, je ne suis arrivée à en lire que 29. Même pas la moitié. Quelle déconvenue ! Néanmoins, certains ont été particulièrement inspirants et m’ont laissé une certaine satisfaction malgré ma déception d’être tombée aussi loin de mon objectif premier.

Le top 10 de mes belles lectures de 2018

1. « We’re going to need more wine », Gabrielle Union. C’est le premier livre que j’ai lu pour l’année. Et je n’aurais pu faire meilleur choix. J’ai d’abord vu sous un autre angle cette actrice que j’avais toujours adulée, surtout avec son rôle dans « Being Mary Jane ». J’ai adoré rentrer dans son quotidien, son intimité. Soudainement, elle devenait humaine. Je me suis même un peu retrouvée dans certaines de ses expériences personnelles. Je recommande défininitement cet ouvrage qui m’a portée à changer mon regard sur bien des choses.

2. « milk and honey », Rupi Kaur. Ce n’est pas juste un de ces ouvrages populaires. Bien que je concède l’avoir acheté juste parce que des citations de Rupi Kaur avaient envahi mon timeline. Mais je n’ai pas eu à regretter mon choix. J’ai traversé en un tour de main les 4 sections de l’ouvrage : « The hurting », « The loving », « The breaking », « The healing ». Et je ne compte pas le nombre de fois que j’y suis retournée en quête d’un passage qui traduirait exactement mes sentiments du moment.

3. « Les dix petits nègres », Agatha Christie. J’avais lu ce livre il y’a de cela plusieurs années. Mais, bien que je connaissais déjà la fin, j’ai pris plaisir à relire cet ouvrage que je considère comme un véritable chef-d’œuvre d’Agatha.

4. « Pwomès », Lyonel Trouillot. Depuis que je les ai découverts, les poèmes de Trouillot sont devenus une addiction pour moi. Je les lis et relis. Je ne m’en lasse pas.

5. « Crazy Rich Asian », Kevin Kwan. Mon voyage en Asie à travers la trilogie de Kwan, un total de 1564 pages, a été un événement marquant de mon année. Une lecture facile, rafraîchissante, instructive et carrément hilarante par moments.

6. « Le désir est un visiteur silencieux », Emmelie Prophète. C’est la première fois que je lisais un livre d’Emmelie Prophète et je n’ai pas été déçue. j’ai adoré me retrouver dans cette rue ordinaire de Martissant et me plonger dans la vie de Claudette, de la mère de cette dernière et de ses voisines.

7. « Cris du cœur », Labrune Mainsour. J’ai aimé la diversité retrouvée dans ces 16 nouvelles. Il s’agit certes d’histoires de femmes, mais j’ai eu un peu l’impression qu’elles s’attaquaient chacune à une facette de la vie de la femme.

8. « We should all be feminist », Chimamanda Ngozi Adichie. Je ne me clame pas féministe à tort et à travers. Mais 30 ans déjà que je suis de sexe féminin, ce serait bien con de ma part de ne pas supporter ma cause. Ce tout petit livre a mis l’accent sur bien des choses qui m’ont révoltée au cours de ma jeune vie et a renforcé ma volonté à vouloir bouleverser l’ordre actuel des choses.

 9. « Écorchées vivantes », sous la direction de Martine Fidèle. Je ne suis pas trop fan des recueils de nouvelles regroupant le travail de plusieurs auteurs. Mais celui-là a été une exception. J’ai apprécié ce moment d’intimité avec ces femmes qui tour à tour m’ont dévoilé un pan de leur vie.

10. « Onze Minutes » Paulo Coelho. J’ai trimballé ce livre avec moi pendant des semaines, ou peut-être même des mois, sans arriver à lire plus d’une dizaine de pages. Puis, sans que je ne m’explique trop ma motivation, je l’ai recommencé plus d’un an plus tard. Et là, je l’ai littéralement dévoré en moins de 48 heures. La fin n’était pas trop à mon goût, mais c’est de loin mon Paulo Coelho préféré.

Fort de si belles expériences livresques, je ne peux que démarrer 2019 du bon pied. J’ai revu mes objectifs à la baisse cette année, côté quantité. Mais j’espère bien que du point de vue de la qualité, j’irai bien au-delà de tout ce à quoi j’aurais bien pu m’attendre. J’espère lire 40 livres cette année, dont 15 non-fictions. 3 livres par mois et 4 bonus. Les livres de janvier ? « The ex », Alafair Burke, « The wife », Alafaire Burke (pi rèd) et « Becoming », Michelle Obama. Et vous, quelles sont vos perspectives ? Que lisez-vous en ce premier mois de 2019 ?