DaffReads

Mémoire de mes putains tristes, Gabriel García Márquez

Je ne vais pas essayer de prétendre le contraire : C’est tout simplement le titre de cet ouvrage qui a retenu mon attention. J’ai d’abord pensé à « Les immortelles » de Mackenzie Orcel le seul livre parlant de prostituées que j’avais lu en le retirant des étagères de la librairie La Pleiade. Puis je l’ai feuilleté. Peu de pages. Et de grands caractères. Tentant… Le prix, pas tant que ça !

Screen Shot 2020-02-20 at 11.15.02 PM

Et c’est alors qu’est entré en compte le dernier, mais pas des moindres, détail : il s’agit d’un titre de Gabriel Garcia Marquez, cet auteur hispanophone adulé… Celui-là même avec lequel j’avais récemment fait connaissance. Finies les hésitations, vers la caisse je me suis dirigée d’un pas résolu !

Ce fut comme je l’avais supposé une lecture rapide. Assez facile aussi du reste. Résumé ? Pour ces 90 ans, le narrateur veut retrouver un coup de jeunesse. Pour ce faire, il s’adresse à Rosa Cabarcas qui tient la maquerelle du coin et lui demande de lui trouver une jeune vierge. L’entreprise est assez difficile, mais la dame arrive à lui dégoter une pucelle de 14 ans qui l’attend le soir même de son anniversaire dans une chambre du bordel. Il la retrouve nue, endormie…

Et de là l’histoire prend un autre tournant. On arrête tout simplement de voir ce vieux journaliste qui se présente déjà comme un véritable raté comme le vieux pervers qui veut se faire une enfant capable d’être son arrière-petite-fille.

Ce qui ne devait être qu’une aventure d’un soir se poursuit et n’évolue surtout pas dans le sens qu’on s’y attendait. C’est plutôt un bref tour de certains sujets tabous, des questionnements sur l’âge, le temps, le sexe, la morale… Et je n’en dis pas plus car ce petit roman mérite bien que vous y jetiez vous-même un coup d’œil !

 

DaffReads, Lifestyle

Et si on parlait de mon auteur préféré ?

Mary Higgins Clark, qui était aussi connue comme la « reine du suspense », est décédée à l’âge de 92 ans, le 31 janvier 2020. Elle a publié une cinquantaine d’ouvrages qui se sont écoulés à cent millions d’exemplaires du temps de son vivant. Son tout dernier roman policier, « Kiss the girls and make them cry », a été publié en 2019. Et bien sûr, il fait partie de ma collection !

 

fas00040
Crédits : Frederick Alexis

J’ai découvert Mary Higgins Clark en 2006. J’étais encore au secondaire et c’est Winnie Gabriel, ma voisine de table à l’époque, qui m’a introduite à l’œuvre de celle qui allait au fil des ans devenir mon auteur préféré. Winnie m’a passé « Ce que vivent les roses ». Elle l’avait emprunté d’une bibliothèque et je devais lire le livre rapidement pour qu’elle puisse le retourner. Je n’ai pas eu à faire de grands efforts pour cela. L’ouvrage m’a séduite dès les premières pages.

En continuant à lire Mary Higgins Clark, j’ai rapidement compris qu’il y avait toujours une femme au centre de ses histoires, qu’il s’agisse d’une journaliste, d’une avocate ou encore d’une femme politique. J’ai aussi aimé le style d’écriture léger, épuré… Sans rien qui puisse choquer avec toujours un brin de romance. Il est certes questions de meurtre, mais on n’y retrouve rien de particulièrement sanglant.

 

À ce jour, ma collection personnelle compte 39 livres de Mary Higgins Clark. 31 de ses 38 romans policiers (Je ne suis pas arrivée à retrouver 4 de ceux que j’avais achetés. Ils ont sans doute dû se retrouver entre de mauvaises mains…) ; la totalité de la série Suspicion qu’elle a co-écrite avec Alafair Burke ; 2 de ses 4 recueil de nouvelles ; 1 des 5 romans qu’elle a co-écrits avec sa fille Carol Higgins Clark.

fas00044
Crédits : Frederick Alexis

Je m’étais habituée à voir ma collection augmenter au fil des années. Et j’ai encore du mal à croire que « Kiss the girls and make them cry » est le tout dernier Mary Higgins Clark. Histoire de me faire une raison, je pense bien que je vais prendre le temps de relire certains titres qui m’ont particulièrement marquée comme « Ce que vivent les roses », « Le démon du passé », « La maison du guet » ou encore « La Clinique du Docteur H. » que j’ai racheté récemment. Et qui sait, peut-être finirai-je tout simplement par faire acquisition de l’intégralité de l’œuvre de Mary Higgins Clark !

 

Lifestyle

Et j’ai renoué avec une ancienne passion !

Je suis enfant unique. Écrire a toujours été comme un besoin pour moi. Mon principal moyen de m’exprimer. Déjà au primaire je tenais un journal où je racontais littéralement ma vie. Ça a continué au secondaire. J’ai juste ajouté l’agenda (qui remplaçait le carnet de leçons) que fournissait l’école dans lequel j’ai commencé à noter mes différents engagements au fil des semaines. Avec stickers et plumes colorées et toutes sortes de décorations à l’appui, hein !

FAS09188
Crédits : Frederick Alexis

Je devrais d’ailleurs ajouter que jusqu’à l’université j’ai continué à trimballer avec moi un spacemaker contenant au moins une dizaine de plumes et de crayons, agrafeuse, gommes… (Si w vle m rayi w, efase avèk gòm kreyon m.)

Puis j’ai été rattrapée par l’âge adulte et ses responsabilités. Oui, j’ai toujours tenu un agenda. Mais au fil des ans j’y notais de moins en moins de choses, ou encore je trichais un peu en remplissant après. Pire, en 2018 j’ai perdu mon planner qui contenait tous mes reçus d’hôpitaux. Je ne suis pas de ceux qui égarent leurs affaires et perdre un objet aussi personnel m’a beaucoup affectée. Pour cause, en 2019 j’ai pris un véritable recul. Je me suis certes acheté un nouveau planner, mais j’ai tout simplement arrêté de m’en servir avant la moitié de l’année.

Et à la fin de 2019, j’ai reçu un Happy Planner comme cadeau d’anniversaire ou de Noël (quand comme moi on est né en décembre, on arrête rapidement de faire la différence. Tout jan w ap gen yon sèl kado !) C’était exactement le modèle que je voulais acheter. Mais l’exemplaire que j’avais trouvé au magasin était abîmé. J’ai vu ça un peu comme un signe et je n’ai pas tardé m’y investir entièrement… Non, je ne fais pas référence à la quantité de sticker books, washi tape, plumes et autres accessoires que j’ai achetés au cours des dernières semaines.

FAS09255
Crédits : Frederick Alexis

Pour 2020, mon objectif, mon unique résolution est de mieux planifier ma vie. De noter mes obligations que ce soit envers moi ou envers les autres et surtout de m’assurer de les exécuter. On est certes au tout début de l’année, mais j’ai déjà constaté des progrès. Et j’espère continuer sur cette lancée. Alors, on en reparle dans 6 mois ? Nahhh, je vous donne rendez-vous dans trois mois ! Et vous, des résolutions pour 2020 ?

FAS09205
Crédits : Frederick Alexis