Lifestyle

Confessions d’une cliente volage

IMG_9257
Crédits : Charly Amazan

J’ai entendu dire que certains hommes sont plus fidèles à leur coiffeur qu’ils ne le seront jamais à leur femme. C’est bien un phénomène que je peine à comprendre. Car, bien que j’aime les salons de beauté, je n’arrive pas à faire choix de l’un d’entre eux et de m’y attacher. Je l’avoue, moi, je papillonne. Je vais d’un studio de beauté à l’autre sans aucun remords. S’il y a un nouvel établissement digne du nom dans la ville, je sens le besoin de le visiter, ne serait-ce qu’une fois, histoire de m’en faire ma propre opinion.

Des beauty lounge/bar qui peuplent Pétion-ville aux petits studios de quartier, j’en ai expérimenté un grand nombre. J’ai vu et entendu des choses. Je suis sortie frustrée de certains et particulièrement satisfaite d’autres ou des mêmes. [Rires…] Ce sont ces multiples expériences que je me propose de partager ici. Je me ferai aussi un plaisir de parler de ce petit groupe d’établissements où je continue à me rendre régulièrement – enfin plus ou moins. Qu’ont-ils fait pour me garder tandis que ce marché devient de plus en plus compétitif et que moi je suis une cliente volage ? Je lance cette série avec Mecho, la première institution du genre que je me suis mise à fréquenter de mon plein gré.

Mecho – A love-hate relationship

La recommandation pour ce studio m’est venue de mes parents. J’en ai tellement entendu parler chez moi que ce fut tout naturel pour moi de m’y diriger quand j’ai été assez grande pour décider de prendre soin moi-même de mes ongles et de mes cheveux. J’y suis allée religieusement toutes les semaines pendant près de 4 ans, à l’époque où j’avais les cheveux un peu trop « fournis » – comme on dit chez nous – et que je ne portais que des vernis transparents.

Mecho, elle-même m’a coupé les cheveux à deux reprises. N’était-ce pas elle qui m’avait aussi teint les cheveux en 2014 ? Ah non, ça c’était Dama. Une dame à la bonne humeur contagieuse et tellement avenante. Dommage que fort souvent je ne comprends pas grand-chose de ce qu’elle dit. C’est que mon espagnol est particulièrement limité… C’est à Mecho aussi que je me suis laissée convaincre pour essayer une teinte rouge sur mes ongles pour la première fois. Vraiment un grand moment dans ma vie de femme !

Ma grande histoire d’amour avec Mecho a pris un grand coup le jour où mon esthéticienne du moment m’a convaincue de lui laisser un de mes vernis pour une autre cliente. Et je n’ai plus revu le vernis en question. C’était un cadeau et je ne l’avais utilisé que cette seule fois. Un O.P.I. de couleur lavande. Plus jamais je n’ai laissé quelqu’un à Mecho toucher à mes ongles. Plutôt extrême, je sais. Mais ce vernis comptait pour moi et de toute façon j’avais commencé à ne plus être entièrement satisfaite du service.

J’ai tout de même continué à y faire mes cheveux. Et surtout mes sourcils, alors jusqu’à récemment. Il y a d’abord eu les manifestations anti-Jovenel qui semblaient toujours dégénérer au niveau de Delmas 60. Puis, il y a eu cette dernière visite qui m’a laissée plus que frustrée. Ce jour-là, j’ai simplement eu envie de passer ma tête sous un robinet et de laver ce que la dame qui s’était occupée de moi osait appeler coiffure.

Vous connaissez ce genre de coiffeuses qui ne veulent en faire qu’à leur tête ? Elle a écouté mes instructions, a acquiescé, puis n’en a strictement rien fait. Elle m’a aussi épilé les sourcils à la cire ce jour-là. Est-ce nécessaire de vous dire que plus de trois mois plus tard, je suis encore en train d’espérer que ces derniers finiront par retrouver leur forme habituelle ?

Je n’ai pas mis les pieds chez Mecho depuis ce fameux jour. Mais je sais bien que je finirai par y retourner. Il faut bien plus que ça pour mettre un terme à une relation qui a duré plus de 7 ans. De plus, c’était la seule fois que le service obtenu m’avait autant déçue. Oui, je vais sans doute y retourner. Je m’assurerai simplement de ne pas laisser cette dame s’occuper de moi.

En résumé

L’accueil : Je n’ai jamais eu de raison de m’en plaindre

Le service : Certaines fois, je n’ai pas été totalement satisfaite, mais dans l’ensemble, le service est, selon moi, assez bien. Je suis aussi d’avis que Isabel et Dama sont les meilleures pour le lavage des cheveux, l’application de teinture ou de défrisant. Et pour la coiffure, Dulcia is the one !

Le prix : Les prix sont ce qu’il y a de plus raisonnable, à mon humble avis « d’arpenteuse de studios ».

Plus : J’aime le fait que l’on refait souvent la peinture à Mecho. Jaune, bleu, mauve… J’y ai vu de toutes les couleurs et j’ai adoré.

Flop : N’essaie pas de t’habituer à une coiffeuse de chez Mecho. Rares sont celles qui restent. Je suis encore chanceuse que Dulcia que je connais depuis que je fréquente l’établissement y travaille encore. Et tant qu’elle y sera, il n’est pas question que quelqu’un d’autre touche à mes cheveux, ni à mes sourcils !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s