repost

Havre de paix

labruneblog:

Cette nuit je n’ai pas
joui.

Je t’ai laissé croire le
contraire pour ne pas bousiller ton égo, et parce que tu avais l’air tellement
préoccupé à ton retour du travail, la mine défaite, la cravate de travers, que
je n’ai pas eu besoin de te demander si t’avais eu une dure journée. La fatigue
et la contrariété se lisaient dans chacun de tes mouvements. Toi si gourmand,
au lieu de passer directement à table, tu t’es vautré sur une chaise de notre
petit balcon, chaussé, et ta tenue d’homme du monde encore sur le dos.

Je n’ai pas dit
grand-chose à part « bonsoir chéri ». Je sais quand me taire, et hier
soir, ce fut une de ces occasions-là.

J’ai couru sous la
douche, me suis lavée avec ce gel de bain à la lavande qui sent si bon, ai mis
ce baby doll que tu m’as offert au dernier St-Valentin et qui cache pas
grand-chose. Je te connais bien. Je sais quand être ta femme, ta mère ou ton
amie. Je sais aussi quand être ton havre de paix.

Quand tu es rentré dans
la chambre je t’ai déshabillé, toujours sans mot dire, en commençant par
dénouer ta cravate pendant que tu m’empoignais les fesses. Ça m’a fait sourire.
Encouragé, tu m’as collé à toi,  à ton
érection qui s’érigeait déjà comme le mât du drapeau du Palais National.
J’avais envie de toi…mais j’avais encore plus envie de t’aider à te sentir
mieux. Je me suis frottée à toi, doucement, langoureusement, tout en défaisant
les boutons de ta chemise à US 200$. Tu affectionnes les grandes marques et te
fais des petites gâteries de temps à autres. Je ne t’en veux pas…Dieu sait que
j’en fais aussi des folies !

Arrivée à ta ceinture,
tu en étais déjà à me manger le cou…littéralement. Tu n’as pas eu besoin de
demander, j’ai tout compris. Je savais ce qu’il te fallait et je te l’ai donné.

Moi sur toi, toi sur
moi…et puis on inversait encore. Ce fut une chorégraphie superbe, nos hanches
donnant le tempo, nos mains touchant, pressant, palpant, tapant même. Mes
ongles griffaient, mes lèvres se faisaient gourmandes et généreuses tout à la
fois. Sur les murs se répercutaient tes plaintes, tes grognements de mâle en
chaleur faisaient vibrer ton être tout entier.

« Dine » as-tu
murmuré à mon oreille entre deux souffles. Tu m’appelais Dine, ce diminutif de
Géraldine, à chaque fois que nous faisions l’amour. « Ma douce »,
as-tu aussi dit.

Douce ???

Pour moi ça sonnait
comme la plus suave des mélodies. Rien de mieux pour épousseter ma fierté de
femme ! Ce simple mot m’a éperonné, comme un chevalier éperonne son étalon,
le faisant partir au triple galop. Je me suis déchaînée, te conduisant à mon
rythme vers ces contrées lointaines, là où coule le lait et le miel, là où
l’herbe est à chaque fois plus verte, là où le ciel est de milles couleurs et
explose en d’innombrables fragments…de petites étincelles de lumières…des
poussières d’étoiles…

Quand tu es finalement
redescendu, tu me serrais encore de toutes tes forces et je respirais
difficilement. Mais je n’en avais cure. Je n’avais pas eu le temps de jouir,
trop à mon empressement de m’occuper de toi, de t’alléger le bas ventre et du
même mouvement, t’alléger la tête. Tu es un homme après tout !

Quand tu as ouvert les
yeux, m’as embrassé doucement, longuement et m’as murmuré ce
« merci » à peine audible, je savais que j’avais fait ce qu’il fallait,
la seule chose dont tu avais besoin sur le moment. La satisfaction mêlée
d’orgueil qui m’a envahie alors, était plus forte, bien plus intense que
n’importe quel orgasme.

Tu t’es roulé sur le
côté et t’es endormi dans mes bras, la tête au creux de mon épaule, un sourire
lascif sur les lèvres. En cet instant, je n’avais rien à envier à ‘’Wonder
Woman’’ ou n’importe quelle héroïne de bande dessinée.

J’étais forte. J’étais
en contrôle. Je dominais.

Et je n’avais pas eu
besoin de mots, de cris, de revendications, de pleurs ou de manipulations pour
cela.

J’étais juste une femme.

Une femme qui savait
utiliser son pouvoir de femme.

LABRUNE

 

labrunemainsour@gmail.com

IG : @labrune_m

FB : Labrune

Twitter :
@MBrunetteHaiti

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s