www.lovingyou.com

# 3

Je veux cette exclusivité que tu n’es pas prêt à offrir, cette officialisation que tu n’es pas prêt de faire et surtout cet engagement que tu ne prendras sans doute jamais. Pour moi, tu es synonyme d’échec. De déceptions. De rêves bafoués. Pourtant, je me vois femme dans ton regard. Je fonds au contact de tes doigts. Je veux tour à tour être innocente pour tout découvrir avec toi et expérimentée pour mieux combler tous tes désirs. Mes barrières tombent une à une à ton approche. Je ne te résiste pas. Le pourrais-je que je ne le voudrais pas d’ailleurs.

En fait, j’aimerais que tu m’apprennes à devenir tout ce dont tu as besoin. Mais apprendre à vivre au jour le jour et à profiter de ces quelques moments d’éternité est l’unique instruction que tu sembles vouloir me prodiguer.

www.lovingyou.com

# 2

Non mais qu’est-ce que je peux bien te trouver ?! Oups! C’est sorti tout seul. Sans l’avoir particulièrement voulu, j’ai dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas depuis toujours. En fait, Il y a un moment que cette question me trotte dans la tête. Tu n’as sans doute rien que tous les autres avant toi n’ont pas eu. Rien qui puisse expliquer que tu arrives à éclipser tous ceux qui sont autour de toi. En fait, qu’as-tu au juste? Pas le physique de Brad Pitt. Pas l’intelligence d’Einstein. Pas le charisme d’Obama et encore moins le compte en banque de Bill Gates. Pourtant quand je suis avec toi, j’ai toutes ces sensations que jamais avant je n’avais ressenties. Toutes ces envies dont je n’avais jamais soupçonné l’existence… Tu fais de moi une femme. Gaie. Pleine de vie. Extravertie. Jolie. Sexy.
www.lovingyou.com

#1

Bonjour toi ! Je n’ai pas eu de nouvelles de toi depuis une éternité. « Ça fait même pas une semaine », as-tu sans doute envie de me dire. Mais bien sûr, notre notion du temps est nettement différente. Tu dois d’ailleurs savoir que si cela ne dépendait que de moi, on serait scotché l’un à l’autre comme des siamois… Hélas ! Je n’ai pas ce pouvoir. Je dois donc me résoudre à attendre sagement tes appels. Et aussi, (en fait surtout) me faire violence pour ne pas te bombarder de sms, emails, tweets et autres. Espérant qu’il t’arrive de penser à moi… de temps en temps. Souvent. Des fois. Rarement…
Mai en fait, t’arrive-t-il jamais de penser à moi ? Non, ne me réponds. Ne me dis pas. Je préfère continuer à croire qu’à force de penser à toi, tu finiras toi aussi à ne faire que ça!

P.S: Je pense à toi !