Uncategorized

50 shades Trilogy L’enthousiasme retombé, un second avis s’impose

Quand on écrit pour gagner sa vie, lire devient vite une obligation. Un travail. Or le travail est par définition tout ce qu’on n’a pas envie de faire. J’essaie toutefois de m’accrocher à ce que j’ose encore appeler ma passion de toujours en m’efforçant d’acheter deux livres chaque mois. Mais il doit bien y en avoir 3 à 4 que je n’ai pas encore lus. Ma dernière lecture en date est “ Fifty shades of Grey”. Le premier livre écrit en anglais que j’ai lu outre mes livres de cours et ceux que j’ai été contrainte de lire, par mes professeurs. Mais tout le bruit fait autour de cette trilogie m’a portée à vouloir la lire. J’ai plus au moins apprécié le premier que j’ai lu en un week-end mais je n’ai pas eu le courage d’aller jusqu’au bout du deuxième. Peut-être est-ce la profusion d’orgasmes d’Anastasia (genre vraiment?!) qui a eu raison de moi. A moins que ce ne soit mon côté femme indépendante qui se soit tardivement révolté. 

Je ne me prononcerai pas sur l’écriture parce que je ne l’ai pas lue dans ma langue d’origine. Mais quant à l’histoire… Vraiment tirée par les cheveux! Première chose que je reproche à l’auteur, tu fais une histoire de cul eh bien stick with it. No need to turn it into any sentimental sh!t! Quand on lit une nouvelle érotique, on n’y recherche pas particulièrement une histoire de cœur. Aussi, au début, la fille tentait de garder un peu de sa fierté et refusait de totalement se faire acheter mais par la suite, cela change. Et je la vois comme un vulgaire objet, une prostituée même.

Le sexe. C’est supposé être le centre du livre. Mais bon… Quel sexe! It didn’t even turn me on. C’est vrai qu’au début, j’avais été quelque peu choquée car c’est la première fois que je lisais un livre qui citait autant de sex toys. Mais par la suite j’ai été frustrée. Elle a pris tout ça et c’est ce qu’elle en a fait?! Je n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui manque exactement mais le sexe dans ce livre devient lassant au bout d’un moment. Peut-être est-ce le fait que l’auteur semble éviter les mots et tue ainsi tout érotisme. Il faut constamment deviner ce à quoi elle fait référence et justement ça tue le feeling des fois. De plus elle utilise constamment les mêmes expressions, les mêmes jurons… Même les repas des gens ne varient pas…

Parallèlement, je ne suis pas particulièrement portée sur la morale. Mais accoupler une jeune vierge à un sado-maso, c’est un peu fort ! Surtout quand elle me dépeint la fille comme une sacro-sainte qui ne se serait même jamais masturbée.

Et aussi, il est vrai que les modèles de princes charmants de Grim et autres sont en train de s’effriter mais en plein 21ème siècle, le modèle de E. L. James ne convient pas non plus.

On rêve bien toutes d’un homme beau, viril, puissant etc. Mais non, on ne recherche pas un autre père à qui obéir à la lettre. Et Dieu merci, on ne rêve pas toutes de se faire entretenir! On ne tient pas toutes à dépendre d’un homme autant économiquement que sexuellement.

Uncategorized

Kenbe #prestige ou! #beer #drink #beverage #haiti #sea #sand #sun #sand #blue #pic #beverage #goodtime #experienceit #foodporn #instadrink #instagood #goodies #instafood #instamood #igers #island #nature #ilovehaiti #love #beautiful #caribean

Uncategorized

There’s no person in the world who is capable of handling every punch that is thrown at them. We aren’t made that way. In fact, we’re made to get upset, sad, hurt, stumble and fall. We aren’t supposed to be able to instantly overcome problems. Because that’s the whole purpose of living – to face problems, learn, adapt, and solve them over the course of time. This is what ultimately molds us into the person we become.

repost

no-et-me:

La fille de Lui.

Je veux le tuer. Je veux qu’il meurt pour gagner enfin la Paix. Je veux qu’il souffre de mon ignorance pour lui face à sa souffrance. Qu’il se torde de douleur sans que cela ne m’atteigne. Il peut bien s’envoler de toutes façons, ça m’est égal.
Depuis le début, il m’ignore, me délaisse et parfois même m’oublie. Il m’a donné goût à la vie sans jamais l’entretenir, sans jamais essayer de lui donner une autre saveur. Il m’a fait et puis m’a posé là, dans le coin d’une rue, dans un détour de sa vie. Un peu comme on pose un poids pour s’en décharger, pour être un peu plus léger, un peu plus libre. Ce fardeau dont on languit le départ, c’est moi.
Je ne demandais pourtant pas de penser à l’inaccessible ni de rêver à l’impossible. Non, juste un peu d’amour et de rires sur les routes de voyages. Ne seraient-ce que quelques moments figés sur un vulgaire bout de papier afin qu’il n’oublie pas.
Pour toutes ces petites choses insignifiantes et pourtant tellement importantes, il va avoir aussi mal que moi. Je vais venger mon papa qu’il aurait dû être. Je ne suis que la fille de Lui, et je vais le tuer. Là, dans ma tête.

Photo by No&Me, Naples, Italie.

” Raving way ” by Vince.

Uncategorized

lisa: Happy Valentine’s day.

leblogdelextraterrestrejolie:

Je n’aime pas les gens qui m’aiment, et me le disent. Ne me dis plus jamais un truc aussi horrible que “je t’aime” le jours de la Saint Valentin. T’es qu’un putain de cliché. Je crois pas en l’amour putain. Je crois en toi, mais ça suffit pas. Je n’aime pas ceux qui m’aiment déjà. C’est le premier…

lisa: Happy Valentine’s day.