Uncategorized

journaldunenymphomane:

Aujourd’hui il m’a touché le dos, volontairement, il voulait me montrer où se situent les dorsaux pour me faire remarquer que je n’en avais pas. J’ai frissonné, j’ai frémi, à son contact mon corps tout entier s’est raidi. Il a les yeux rieurs, en fait c’est parce qu’il rit pour rien je crois. Il est blond, il a une boucle d’oreille à l’oreille gauche. Je n’aime pas les blonds, encore moins les boucles d’oreille. Et son nez est trop grand. Il n’a pas l’âge de ceux que je côtoie d’habitude. Il n’a pas l’âge pour que je le baise juste, il a l’âge pour que je l’aime. Il est la raison qui me fait aimer mon job d’été.  Il me traite de menteuse, dit que je suis laide. Si ça commence, ça durera. Je veux bien rejouer, je me sens de nouveau prête à pleurer, il saura essuyer  mes larmes. Et je n’achèterai plus de capotes. Et je passerai tout l’été la allongée, la tête sur son ventre, sur l’herbe de tous les parcs parisiens. Même que nos rires feront retentir la ville.

Je le connais seulement depuis trois semaines, oui en plus d’être une gentille catin, je suis une incorrigible rêveuse. Je déteste les histoires d’amour mais tous les soirs avant de me coucher je m’en invente une. Une belle, une grande, une banale. Une qui me rappelle que je reste une gamine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s