Lifestyle

Jeune fille aimant manger recherche jeune homme sachant cuisiner

« Une dernière cuillère pour manmy… Et une autre pour papy… Et voilà ! Tu es une grande fifille. » Je repense à ce temps où ma mère devait me promettre monts et merveilles dans l’espoir d’arriver à me faire avaler ne serait-ce que la moitié de mon dîner. Je me revois aussi, âgée de 12 ans, suppliant mes camarades de classe de manger ma nourriture pour éviter que j’aie à la rapporter chez moi… Plutôt difficile à imaginer, hein ? Surtout que ces derniers temps ma réputation de « grande mangeuse » me précède. Mais, il n’en a justement pas toujours été ainsi !

J’ai manifesté de l’intérêt pour la nourriture assez tard. Mais je me presse de le dire, jamais – alors au grand jamais – la cuisine ne m’a intéressée. Les tâches ménagères et moi… ça ne colle pas ! Je les ai en horreur et croyez-moi, elles me le rendent bien ! Mon corps est couvert de cicatrices devenues quasiment invisibles avec le temps qui témoignent de mes multiples essais de sympathiser. Coupures, brûlures, allergies… les fourneaux, entre autres, ont tout fait pour me tenir à l’écart. Le cours de cuisine qui m’a été imposée en philo n’y a rien changé. Ce dernier aurait en fait beaucoup plus profité à ma mère qui a recopié l’ensemble de mes recettes avec amour. Au moins ne le payait-elle pas en vain ! D’ailleurs c’est peut-être ce cours qui m’a finalement ouvert l’appétit  bien que je ne saurais l’affirmer. Le fait est que, peu à peu, j’ai commencé à manger. À manger juste pour le plaisir de manger. Et je ne le cache pas, depuis quelque temps, la nourriture est devenue une véritable obsession pour moi.

Plus je mange, plus j’ai envie de manger. Pas nécessairement pour combler mon estomac mais plutôt par pur désir d’occuper ma bouche et aussi pour ce plaisir tout à fait unique que l’on éprouve en savourant quelque chose de bon. Mon rapide métabolisme aidant, je ne crains pas grand-chose. Mais qui sait où cette nouvelle addiction pourrait bien me conduire ?

Parallèlement, lire les réponses de « mes cuisiniers » comme je prends plaisir à les appeler depuis que j’ai été chargée du dossier des chefs de cuisine participant au festival Goût et saveurs me fait voir la cuisine sous un autre angle. Elle ne m’apparaît plus comme une corvée – alors plus tout à fait – mais plutôt je perçois la passion de ces professionnels de la restauration. Transformer un ensemble d’ingrédients crus en un succulent plat doit sans doute procurer un sentiment de satisfaction intense. Sentiment qui, hélas, ne devrait pas m’animer de si tôt. En attendant, je crois bien qu’un simple prince charmant me concoctant de petits plats spéciaux ferait l’affaire et m’éviterait bien de désagréments !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s