Textes déjà publiés

Rendez-vous : le studio de beauté !

Samedi matin… journée de repos qui fort souvent se change en journée-beauté. A défaut du spa et de la balnéothérapie (mauvaise fortune oblige), une manucure ou un brushing feraient bien l’affaire. Rendez-vous : le studio de beauté.

Peu importe ses dimensions ou l’environnement dans lequel il se trouve, le salon de beauté a le don de remonter le moral à bien de femmes. Le brouhaha des voix, l’odeur des produits cosmétiques et cette impression qu’on a d’avoir quelqu’un qui prend soin de nous après une longue semaine de travail… autant de choses qui peuvent rendre nos heures d’attente moins longues. On y retrouve des amies, des relations, des inconnues, qui pour la plupart ne tarderont pas à rejoindre le cercle des connaissances, mais aussi ces anciens condisciples qu’on s’acharne à fuir. On dit que les plus belles amitiés se lient sur les bancs de l’école. Moi, j’ajoute qu’on s’y fait aussi ses « meilleurs » ennemis. Mais sans arriver à aucun de ces extrêmes, on rencontre aussi à l’école ses individus qui resteront toujours au stade de connaissances et ceux qu’on tentera d’éviter tout le restant de notre vie mais qui, bien entendu, ont le don de se retrouver là où on les attend le moins. Dans ce salon de beauté que vous fréquentez assidûment depuis 5 ans, par exemple…

Le salon de beauté est le théâtre de bien de choses. On y témoigne la joie provoquée par des retrouvailles agréables. On s’y crêpe le chignon – dans tous les sens du terme – mais aussi, c’est la scène idéale pour étaler les « progrès » qu’on a fait. Jules a – enfin – fait sa déclaration… pas de doute, on mérite une manucure ! Si les compagnes remarquent « par hasard » la bague, c’est encore mieux. On a fini par obtenir cette promotion, pour laquelle on a franchement tout fait, on se presse de téléphoner à une amie pour lui annoncer la bonne nouvelle pendant que l’on est au studio de beauté. Et quand, pur hasard, cette ancienne condisciple qui ne semble pas régler grand-chose se trouve à portée d’oreilles, on la crierait même.

Les publications sur Facebook ne suffisent pas. Certains arrivent quand même à louper les grandes annonces. Rendez-vous samedi matin au studio de beauté pour le récapitulatif de la semaine ! Gade pa boule je, et écouter – ce qui le plus souvent ne nous regarde pas – n’a jamais fait du mal à nos oreilles. Un peu de distraction pendant qu’on se tape 45 minutes sous le séchoir est toujours la bienvenue, sauf quand on sait très bien qu’on est le public ciblé par l’actrice principale ! Mais aux grands maux les grands remèdes ! Cette séance au studio de beauté est une petite récompense durement gagnée. Pas question de laisser une quelconque mégère en faire un cauchemar. Écouteurs sur les oreilles, les yeux fixés sur un roman… Ah, elle peut bien parler !

Daphney Valsaint Malandre

Publié dans Ticket (605)

Textes déjà publiés

La nature ne nous a pas fait que des cadeaux!

Il y a de ces petits trucs, de ces petits soucis, de ces petits malheurs qui semblent n’arriver qu’aux femmes, ces expériences que nous sommes toujours les seules à vivre. Nos réactions face à ces situations diffèrent. Et la bonne attitude devient vite relative.

Le cauchemar des femmes… pas la peine d’en dire plus. On essaie de le nommer le moins possible. Il n’en existe pas moins. Il réussit à nous accompagner pendant une grande partie de notre vie. Bien sûr, certaines s’arrangent pour avoir de petites dispenses de 9 mois de temps en temps. Mais ce ne sont que des congés… Une fois qu’il s’est incrusté dans nos vies, même si on souhaiterait pouvoir s’en passer des fois, son absence peut fort souvent être bien plus désagréable que sa présence !

Et oui, vous aviez bien compris… Je parle de la menstruation. Je ne sais pas trop pourquoi on est généralement si contentes d’avoir nos premières règles. Peut-être est-ce parce qu’elles sont des fois considérées comme étant le pont entre la fille et la femme… Certains parents profitent de ce moment crucial pour nous terroriser en énonçant toute une série de mise en garde même si d’autres, en voulant nous mettre « à l’aise », nous effraient tout autant. Quoi qu’il en soit, notre enthousiasme ne dure pas longtemps. Non seulement les règles sont fréquemment accompagnées de fortes douleurs, mais aussi, elles nous donnent l’impression d’être un spécimen venu d’une autre planète pendant environ une semaine. Les hommes nous évitent et ces derniers n’ont pas tout le temps tort. Car des fois on est carrément impossibles au cours de ces périodes. Même les aliments semblent d’ailleurs se rétracter à notre contact. Et oui, on est vraiment traitées comme des pestiférées. Mais ce n’est pas tout. Notre envie de cacher notre période menstruelle aux autres se change souvent en obsession. Combien de fois avons-nous jeté un coup d’œil suspect au siège sur lequel on était assis ? Ou avons-nous demandé à l’amie qui nous accompagne de procéder à une petite inspection pendant que nous la devançons d’un pas ? Et cette petite phrase qui tue : Madmwazèl/ Madam ou sal nèt ! Autant de choses qui rendent les règles désagréables. Mais il faudra bien admettre qu’elles constituent un mal nécessaire. La preuve : On serait nombreuses à mourir d’inquiétude si jamais elles ne se pointaient justement pas ce mois… Pour ce qui est de la ménopause… elle est rarement bien accueillie, alors très rarement.

C’est formidable d’être une femme, dit-on. Mais être une femme n’est pas toujours ce qu’il y a de plus agréable. Ah, j’aurais tellement voulu voir certains de nos hommes affublés d’un tampon et pliés de douleur ne serait-ce qu’une fois par an ! Hélas, c’est pas demain que j’aurai ce plaisir. En attendant, je remercie la nature pour ses nombreux bienfaits bien qu’en me disant que tout compte fait, elle ne nous a pas fait que des cadeaux !

Daphney Valsaint Malandre

Publié dans Ticket (606)

Textes déjà publiés

Ces femmes qui font Le Nouvelliste…

Ticket est un exemple pour d’autres entreprises

 Une vraie pin-up Daphney Valsaint Malandre ! Ticket magazine a recruté une jeune fille qui aurait pu faire une bonne carrière de mannequin quand on juge sur pièce la jeune plante élancée qui avance d’un pas feutré dans les couloirs du Nouvelliste. Daphney adore se maquiller. Une note qui rehausse son visage inondé par la lumière de son sourire. La jeune fille n’est pas belle pour se taire quand elle pratique le journalisme, un métier intellectuel qui vous met toujours en route. Chemin faisant, à l’occasion de la journée internationale de la femme célébrée dans une atmosphère d’orage à Port-au-Prince, Le Nouvelliste a rencontré la journaliste.

 

Le Nouvelliste (L.N.) : Quel est pour vous l’importance de la journée internationale de la femme ?

Daphney Valsaint Malandre : La journée internationale de la femme est importante pour moi dans la mesure où elle met en vedette les femmes et salue leur travail. Elle offre une possibilité de sensibiliser le public en général sur la situation des femmes en Haïti et à travers le monde. Car, même s’il faut noter des avancées considérables dans la lutte des femmes pour leur émancipation, il n’en demeure pas moins qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire. Cette journée offre donc l’occasion de faire le point sur nos acquis et aussi de dégager de nouvelles perspectives.

L.N. : Au sein de Ticket magazine, les femmes occupent les postes importants. Quel regard portez-vous sur cet acquis ?

Daphney Valsaint Malandre : Le fait que les femmes occupent les postes les plus importants à Tiket Magazine est une chose louable. Ce devrait être un exemple pour d’autres entreprises qui rechignent encore à accorder des postes-clés aux femmes et à leur laisser la possibilité de faire leurs preuves.

L.N. : Est-ce une manière de dire en d’autres mots laissez la commandes des entreprises aux femmes ?

Daphney Valsaint Malandre : Je dis plutôt que les femmes sont capables de prendre les commandes au même titre que les hommes. La question de sexe ne devrait donc en aucun cas déterminer la capacité d’un individu à occuper un quelconque poste dans une entreprise.

L.N. : Vous connaissez des femmes entrepreneures haïtiennes qui s’investissent avec âmes dans ce qu’elles font ? Au passage, Ticket s’intéresse-t-il à ces modèles de la gente féminine ?

Daphney Valsaint Malandre : Il y a de nombreuses femmes entrepreneures haïtiennes qui se donnent à fond dans ce qu’elles font. A l’occasion de la journée internationale de la femme, Ticket a justement préparé un numéro spécial dans lequel on présente certaines de ces femmes évoluant dans différents domaines qui font la fierté de la gente féminine.

L.N. : Dites, les femmes ne mettent pas la pression sur leurs pairs à Ticket ? Comment cela se passe à la rédaction ?

Daphney Valsaint Malandre : Les encouragements, les félicitations et aussi la pression sont ce qui fait marcher toute entreprise. On retrouve donc un peu de tout ça à Ticket. J’ai reçu des appels de Stéphanie me disant : « Bon  ti bagay Daphney » tout comme j’ai reçu des appels de Gaëlle m’exigeant mes textes dans les plus brefs délais.

L.N. : Daphney continuent-elle à se former pour mieux informer son public ?

Daphney Valsaint Malandre : Se former est un devoir dans quel que soit le domaine dans lequel on évolue. Il faut être bien formé pour informer les autres, et rechercher les informations dont le lecteur a besoin. Donc pour ma part, je continue à me former. Cela fait d’ailleurs partie du métier !

L.N. : Qui sont ces femmes et ces hommes qui vous ont conduit à exercer votre profession ?

Daphney Valsaint Malandre : Je dois mon entrée dans le journalisme à Karl Foster Candio. Rédacteur en chef de Ticket à l’époque, il m’a demandée si je n’étais pas intéressée à intégrer le staff du magazine. Bien sûr, je l’étais ! Je lui ai donc envoyé un essai. Et voilà ! Je me suis donc retrouvée dans le giron de Frantz Duval, KFC et Roberson Alphonse, des journalistes dont j’ai toujours admiré les écrits.

L.N. : A quelles femmes journalistes haïtiennes aimeriez-vous ressembler pas leurs bons côtés ?

Daphney Valsaint Malandre : J’apprécie le travail de plusieurs femmes journalistes haïtiennes. Mais je ne peux pas dire qu’il y ait vraiment une journaliste haïtienne à laquelle je voudrais ressembler.

L.N. : Votre intégration à Ticket comment cela s’est-il passé ?

Etre à Ticket, c’est être à deux pas du Nouvelliste, le plus grand quotidien du pays qui est un idéal à atteindre pour moi. Ticket c’est une équipe jeune et dynamique, l’on y apprend chaque jour et le travail devient vite une passion. Et à travers Ticket, j’ai l’impression de contribuer, aussi petit que cela soit, à la promotion de la culture haïtienne et des jeunes talents.

L.N. : Que répondriez-vous à un homme qui aurait l’audace de vous dire : Soyez belle et taisez-vous ?

Daphney Valsaint Malandre : Un homme qui me demanderait de me taire ne me connait manifestement pas. Daphney ne se tait jamais ! Je suis de nature bavarde. J’ai un avis sur tout. Et mes questions ne sont jamais trop loin. Ma mère ne cesse de s’en plaindre mais c’est un atout majeur pour le métier que j’exerce.

Par ailleurs, je concède qu’être une femme, jeune et jolie en plus peut être un handicap des fois en ce sens que l’on est vue comme un artifice, une tête brûlée à qui l’on craint de confier des responsabilités. Mais, je suis aussi d’avis que les connaissances et la volonté devraient toujours primer. J’ai mon mot à dire et je veux être écoutée. Mais si je peux être regardée et écoutée… c’est encore mieux !

Propos recueillis par Claude Bernard Sérant

serantclaudebernard@yahoo.fr

http://lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=103241&PubDate=2012-03-09